​​                                                Asher, Coach en français et en anglais  
                                                                  Par Caroline Algore

 Asher a commencé sa carrière comme mime, à l’école d’Étienne Decroux (maître de Marcel Marceau) et de Gérard Lebreton. Et y a appris de nombreuses techniques d’expression corporelles et non verbales.
Master Pro et doctorant dans les techniques de l’enseignement à distance.
Ingénieur informatique / formateur / responsable marketing et vente, directeur de centre de formations pour de nombreuses sociétés européennes et israéliennes.
Aujourd’hui coach (à distance) professionnel et personnel en français et en anglais
Qu’est-ce qui vous a conduit à devenir coach ?
J’apprécie d’aider l’autre dans le respect de sa personne, de ses choix et de ses objectifs. C’est une vocation que j’ai pu réaliser après un long parcours et un long détour.
Mais c’est justement ce détour qui m’a permis d’acquérir l’expérience nécessaire pour comprendre et décoder l’environnement de mes clients. Toutes ces expériences et fonctions (ingénieur informatique, responsable formation, de marketing et des ventes, directeur d’un centre de formation), auxquelles s’ajoutent les techniques de communication et de coaching, me permettent d’aborder sereinement toute situation.
Je suis arrivé à une certaine maturité dans mon travail et je peux installer un rapport de confiance et d’estime mutuelle. Quelles que soient les difficultés ou les opportunités qui se présentent, je donne le meilleur de moi-même, pour que mon client atteigne le meilleur de lui-même.
Racontez-nous votre plus belle expérience de coach
À deux occasions, j’ai eu affaire à des clients qui devaient préparer une interview d’embauche en entreprise, l’une localisée en Chine, l’autre aux États-Unis. Ils n’avaient pas le droit à l’erreur, car leurs conjoints respectifs avaient obtenu un travail dans ces pays. Le défi était donc double, décrocher l’emploi et préserver la relation de couple. Au final, chacun des deux a atteint ses objectifs.
Pour moi, il est émouvant et gratifiant de constater que mon travail a été productif. La satisfaction arrive lorsque la personne est heureuse du résultat, même s’il diffère de celui qu’elle avait préalablement prévu.
Racontez-nous votre plus triste expérience de coach
J’ai eu le privilège de coacher une personne en prison et qui est innocente pour comble (mais ce n’est pas le sujet). J’ai pu obtenir des résultats en fonction de l’objectif défini mais on reste malgré tout impuissant, et l’aide est limitée.
Quelle est votre devise ? Pourquoi ?
La réussite est à la portée de chacun, à condition de frapper à la bonne porte et de s’investir dans sa démarche.
Frapper à la bonne porte, parce que parfois, l’on s’entête et l’on s’épuise dans une voie qui n’est pas la nôtre.
S’investir dans sa démarche, parce que la peur de l’échec est souvent un frein à la réussite.
Qu’est-ce que vous perdez à essayer ? Au pire, vous apprendrez de vos erreurs et, riche de cette expérience, vous serez plus efficace la prochaine fois !
Pouvez-vous nous parler de l’une de vos passions ?
Aider les autres à réussir. Je me lance dans un défi avec chaque élève, et trouve très gratifiant d’obtenir concrètement des résultats. Pour moi, cela n’a pas de prix !
Avez-vous une anecdote amusante dans votre carrière de professionnel ?
Mes élèves débutants se croient trop débutants pour réussir, mes élèves moyens, trop moyens, et mes élèves avancés ne se trouvent pas assez parfaits.
Finalement, chacun réussit quand il écarte ses préjugés et se lance simplement et pleinement dans la poursuite de ses objectifs.
Un petit mot de fin ?
Quittez votre pessimisme, la vie vous réserve de belles surprises !